Et si on formait un trouple ?

Et si on formait un trouple ?

Dans certaines relations libertines, le sexe et l’amitié se confondent, et on se laisse emporter par ces sentiments. On se découvre alors une certaine forme de « polyamour »…

Source photo: internetmatuer

Définition : Relation sentimentale honnête, franche et assumée avec plusieurs partenaires simultanément. Être polyamoureux c’est aimer plus d’une personne. Cet amour peut être sexuel, émotionnel, spirituel, ou n’importe quelle combinaison des trois, selon les envies et les accords des individus impliqués.

 

Mais comment ces couples libérés sexuellement, vivent aussi le fait d’être libérés sentimentalement ? Une liberté totale, du dialogue, de la confiance, du respect, de la transparence et de l’honnêteté, c’est peut être ça la clé…

 

En effet les échaudés du couple traditionnel qui s’essaient au polyamour risquent bien d’y laisser des plumes! La première règle pour que ça marche serait déjà d’en fixer . Il y a des avantages et des inconvénients, comme dans toute relation, mais effectivement ce ne sont pas les mêmes en tous points. Parlons d’un emploi du temps à deux et d’un autre à trois, c’est parfois un vrai casse-tête logistique. Déjà qu’une relation peut représenter un investissement important, comment faire quand on en a plusieurs? C’est un problème concret auquel les polyamoureux se retrouvent confrontés…

Astuce : Pour faciliter la gestion logistique, les plus motivé.e.s peuvent toujours installer The Poly Life : une application mobile qui propose de vous aider à synchroniser vos agendas…

La relation à trois ne se trouve majoritairement pas en la cherchant, elle naît d’échanges au quotidien et d’une complicité grandissante…Bien que le trouple soit libéré sexuellement et sentimentalement, c’est aussi un travail sur soi, il est parfois difficile d’effacer complètement toute trace de jalousie. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, les femmes seraient plus ouvertes à l’idée de vivre des relations polyamoureuses que les hommes: Une étude réalisée auprès de 4000 polyamoureux par l’association américaine Loving More avance le chiffre de 49,5% de femmes et 35,4% d’hommes. Personne n’a de marque déposée sur le polyamour et la manière de le vivre. Le mieux que qui que ce soit puisse faire est de décrire comment cela fonctionne pour lui ou elle, et, comme pour tant d’autres choses, les opinions et les expériences peuvent grandement varier.

« Ce que l’on vit tout les trois, en mon sens, dépasse la relation libertine. Même si à la base ça en était une… Je pense que c’est comme une vraie relation à deux avec les mêmes envies de se voir, les mêmes manques et des sentiments forts, mais à trois.

Ce qui fait la différence avec une relation purement libertine, c’est le fait qu’on ai une grande complicité les uns avec les autres ( individuellement parlant aussi ) et que l’on ai envie de passer du temps tous ensemble, même sans relations sexuelles, partager des moments comme on pourrait le faire en couple à deux.

Nous ne sommes pas pour autant prisonniers de la relation. Chacun est libre de rencontrer individuellement de son côté, mais nous aimons aussi rencontrer tout les trois. Sexuellement tous les trois c’est comme une osmose. Je peux m’amuser aussi bien avec qu’elle qu’avec lui et vice versa…

Je vis un moment que peu de personnes vivent, et c’est ça aussi qui fait la différence. Pourquoi pourrions nous avoir un enfant, puis deux, puis trois, les aimer de la même façon et ne garder son amour que pour un seul homme dans notre vie… En quoi est-ce différent finalement ? L’amour ne se divise pas en fonction du nombre de personnes que l’on aime, il se multiplie.  »

Alors en effet sentimentalement c’est parfois difficile de trouver sa place. On parle ici d’un couple déjà formé à la base, vivant ensemble, auquel s’est rajoutée notre autrice.

« Parfois je me pose des questions sur ma place au sein du couple, j’ai un profond respect pour eux et je n’ai en aucun cas envie d’être maladroite dans mes gestes ou mes propos. Mais ça va dans les deux sens (enfin dans les trois pour cas là ! Rires ), pour l’homme par exemple, ce n’est pas toujours évident : il doit jongler avec les émotions et les états d’âmes de chacune, nous rassurer…

Il essaye en permanence de nous donner quasiment la même attention. Quand on dort ensemble par exemple… C’est une mascarade! Il faut du temps pour trouver un équilibre. On y arrivera je pense, parce qu’aujourd’hui on en a envie et on est tout les trois attachés les uns aux autres. On prend soin des uns et des autres, on veille les uns sur les autres.

Globalement pour moi c’est une façon atypique de projeter et de vivre librement et ouvertement une relation de couple, mais à trois…

Personnellement je suis comblée. Nous vivons des moments magiques… Nous ne voulons pas redescendre… »

Méghane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *