“Chérie!? Je me taperais bien un mec !”

“Chérie!? Je me taperais bien un mec !”

La bisexualité masculine

 

Mais si !!! Ce truc encore tabou en 2019 ?! Quoi ? Vous n’aimeriez pas voir votre chéri, cet homme plein de virilité avoir une relation sexuelle avec un autre homme ?
Pour écrire cet article nous nous sommes renseigné sur le sujet, via les articles, les blogs… Résultat rien du tout. La bisexualité masculine c’est le silence de la population. Le tabou absolu, pire que pour les menstruations féminines !!! C’est dire !
“A quoi ressemble un bisexuel masculin ? «  La réponse tient en deux mots : à rien. En quinze ans de sondage sur la sexualité en France, ces nomades du désir n’apparaissent jamais. Ils ne figurent dans aucune enquête ni recension.
Pourtant nous le remarquons sur LIBERTIC que de plus en plus de couples s’ouvrent à la bisexualité masculine. Et vous savez quoi ? C’est bien, très bien même. Le libertinage c’est l’ouverture sexuelle, des femmes certes mais aussi des hommes.
Pourquoi voit-on la bisexualité comme une variation de l’homosexualité et non comme un élargissement du désir hétérosexuel?
credit photo : stocklib

Depuis quand connaît-on des bisexuels et reconnaît-on la bisexualité ?

Au 18ème siècle, la bisexualité est un terme botanique. Ce n’est qu’au 19ème qu’il déterminera des pratiques sexuelles. Suivront ensuite les termes d’homosexualité puis d’hétérosexualité. C’est une nouvelle manière de classer les pratiques sexuelles. En revanche, les pratiques bisexuelles doivent exister depuis toujours.

La bisexualité tout comme l’homosexualité ou l’hétérosexualité n’est pas un « choix », d’autant plus qu’il est évident que nous ne tombons pas amoureux-se d’un « vagin » ou d’un « pénis » mais avant tout d’un être. L’alchimie entre deux personnes est avant tout quelque chose de complexe et d’inexplicable au delà de la découverte d’atomes crochus, d’une certaine sublimation des échanges (que la rencontre ait lieu ou non), d’une capacité d’abstraction ou d’une simple attraction physique.

Les femmes sont au centre de toutes les préoccupations dans le cadre sexuel, dans le cadre du travail de l’ouverture sexuelle. Nous parlons très peu du désir des hommes. Souvent, les hommes font face à des stéréotypes, ils passent pour des êtres très peu difficiles à contenter, une femme, un vagin… et cela leur convient. Mais c’est faux.
Les hommes peuvent être aussi attirés par des personnes du même sexe. Ce n’est pas qu’une question de femme.

La bisexualité masculine fait peur !!!

L’homme a toujours été considéré comme le sexe fort. Par sa virilité, sa force de caractère, il est la personne forte de la famille. Le fait qu’un homme fasse l’objet du désir d’un autre homme, fait peur. Il fait peur pour sa femme, et pour le reste de la société. Les stéréotypes et la normalisation de la famille on de beaux jours devant eux !
Pénétrer ou voire son homme se faire pénétrer par un autre pourrait passer pour un acte de soumission aux yeux des femmes. Est-ce ça le vrai problème ? Cette façon de voir l’homme? Ce sexe fort, tellement crié haut et fort ! Effectivement si vous rapportez ça au reportage animalier, quand deux animaux se font la guerre pour une femelle, certains finissent par l’acte de la sodomisation pour prouver qui est le plus fort.
Sauf que nous sommes des êtres humains, avec des envies et des sentiments.
Ce n’est pas un hasard si les artistes de l’heure jouent avec les codes de l’identité sexuelle ; pensons au chanteur belge Stromae, qui apparaît mi-homme, mi-femme dans le vidéoclip Tous les mêmes.

Comment expliquer à sa femme l’envie de vouloir coquiner avec un autre homme ?

Dans le cadre du libertinage, les hommes se lâchent de plus en plus, sur leurs envies, il est plus facile d’avouer ces fantasmes que pour les autres. Vous ne verrez pas Marcel, parler à Didier accoudé à la machine à café, de vouloir se taper son collègue Francis. Parce que ça ne se fait pas. Parce que c’est la normalisation française . Il passerait pour quelqu’un de gay, alors qu’il est marié, avec des enfants. Alors qu’une femme, quand elle parle avec une de ses amies, elle ne sera pas jugée sur le fait de vouloir avoir des relations sexuelles avec une personne du même sexe. Ça passerait pour quelque chose de super excitant !!!
Pourtant, dans les médias, on ne parle que de la cause des femmes des envies des femmes, on ne parle jamais des envies des hommes. Nous pouvons considérer cela comme une forme de discrimination.
Nous sommes tous des êtres vivants. À partir de cela il est tout à fait logique que nous soyons attirés autant par le sexe opposé que par des personnes du même sexe. Quand vous êtes bisexuel il n’y a pas de question à se poser, vous aimez autant les hommes que les femmes et inversement. Pourquoi toujours vouloir nous rentrer dans des cases, ce n’est pas parce que vous avez envie de vous taper un homme que vous êtes forcément gay ou que vous n’aimez plus votre femme, vous voulez tout simplement assouvir un fantasme ou un désir enfoui en vous, ni plus ni moins.

Simple effet de mode ou profonde évolution des mentalités ?

La pansexualité plutôt que la bisexualité ?

La pansexualité n’est ni plus ni moins qu’une identité sexuelle comme tant d’autres, telle que l’homosexualité ou la bisexualité. Pourtant, contrairement à ces dernières, la pansexualité reste encore peu connue (enfin, tout est relatif).
En guise de définition simple, on peut dire qu’une personne pansexuelle est une personne qui peut ressentir une attirance sexuelle, émotionnelle et spirituelle pour n’importe quelle personne, et ce, sans préférence de sexe ni de genre.
Beaucoup n’arrivent pas à faire la différence entre la bisexualité et la pansexualité. On peut s’appuyer sur l’étymologie de ces mots pour mieux comprendre la nuance qui existe entre ces deux termes : « bi » se traduit par « deux », tandis que « pan » pourrait se traduire par « tous ».
Si les personnes bisexuelles ressentent de l’attirance à la fois pour les hommes et pour les femmes, les pansexuelles, elles, sont attirées par les hommes, les femmes, les travestis, les transsexuels
La pansexualité représente donc plus un état d’esprit, car ce n’est pas tant le sexe ni le genre du partenaire qui compte, mais surtout sa personnalité.
Temps de thermes qui expliqueraient vos envies sexuelles ! De quoi en perdre la tête n’est-ce pas ?

Et si j’en parle à ma femme ?

 

La réaction du partenaire représente généralement la principale crainte des personnes bisexuelles. Jalousie, incompréhension, les réflexes sont divers. Selon l’étude nationale menée par les associations Act Up, Bi’Cause et SOS Homophobie en 2015, 40% de ceux rejetant un engagement de longue durée avec une personne bisexuelle pensent que celle-ci a besoin d’avoir des relations régulières avec les personnes du sexe opposé.

Pourtant c’est faux ! Preuve que les mentalités doivent encore évoluer. Dans certains cas effectivement il peut y avoir une certaine forme “d’homosexualité” refoulé. Dans ce cas vous vous en rendrez compte assez vite.
En ce qui concerne le libertinage, beaucoup de femmes on le fantasme de voir leurs hommes se faire “prendre” par un autre ! Hey oui !!! Et beaucoup plus que vous ne le pensez.
Chaque couple ayant sa propre réalité, il ne peut exister de façon universelle ou de technique prête à l’emploi pour parler de sa bisexualité à son amie ou à sa femme, et la seule manière de le faire est d’annoncer les choses comme elles sont, à un moment ou vous avez devant vous le temps nécessaire pour en parler assez longuement.
La principale erreur à ne pas commettre pour un homme devant parler de sa bisexualité est de se mettre dans la peau du fautif, ou de celui devant se faire pardonner quelque chose. La situation est en réalité un simple constat, que l’homme va partager avec sa conjointe. Les réactions pouvant être bien diverses d’une femme à une autre, ce n’est qu’après avoir dit les choses comme elles sont que le couple (car cela regarde aussi la femme bien entendu) pourra ou non envisager son épanouissement sexuel avec ce nouveau paramètre important.

Perdre sa virilité vis à vis de sa conjointe, est possible. Cette issue n’est pas obligatoire, mais elle peut arriver, surtout dans le cas où son homme veut être pénétré.
Généralement les femmes sont douées pour se projeter dans ce type de relations et imaginer les sentiments qu’elles pourraient ressentir à la vue de leur compagnon dans un rapport intime avec un homme. Souvent si voir son homme dans une situation à l’opposé de ce qu’est « la virilité traditionnelle » est insupportable pour une femme, celle-ci n’acceptera jamais que l’acte ait lieu en sa présence.
Bien que ce ne soit pas toujours vrai, les femmes acceptant de voir leur compagnon ou leur époux avoir une relation sexuelle avec un autre homme, ont une perception de la virilité différente de celle que peut avoir « l’idéologie collective dominante », souvent le risque de perte de virilité pour un homme bisexuel en couple est assez faible.
Quelle est la différence finalement avec une autre pratique sexuelle ? Juste l’ouverture d’esprit.
Messieurs, n’ayez pas peur ! Assouvissez vos envies, vous le faites déjà depuis la nuit des temps, alors parlez !!!
Nina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.