Si on tentait l’abstinence volontaire ?

Si on tentait l’abstinence volontaire ?

Le but de l’abstinence volontaire serait de recréer le désir entre les partenaires.

En créant la frustration, on crée le désir, en créant le désir, on a plus de plaisir. Certains disent même que l’orgasme en est que plus intense après.

Nous avons tous connu un jour une frustration involontaire.
Avoir envie d’une personne mais être dans l’impossibilité de l’assouvir… Eh bien je peux vous dire que quand la possibilité de calmer cette envie arrive, la tension sexuelle étant à son comble, c’est plutôt explosif après !

Le professeur Pfaus explique : « Le fait de ne pas avoir de relation sexuelle ou de ne pas se masturber augmente l’excitation. Je pense que c’est là que réside « l’énergie » fréquemment évoquée par les partisans du sexe tantrique. Apprendre à maintenir une érection et à retarder l’éjaculation ne peut qu’améliorer la qualité de l’orgasme. »

Il ne s’agit pas pour autant de cesser toute relation sexuelle, mais d’attiser le désir, de réveiller les sens, afin de retrouver l’élan des premiers temps. Vous pouvez tout à fait vous embrasser, vous toucher, vous câliner, vous chercher… Mais sans passer à l’acte sexuel (Cunni, fellation, …)
Faites de cette frustration un jeu, « tu m’auras, tu m’auras pas », jouez au chat et à la souris version coquine 😉

Attention toutefois à ce que cette abstinence ne devienne pas une habitude qui pourrait avoir l’effet inverse !

Tout cela me fait penser à mon article précédent sur le Slow Sex
Finalement que l’on pratique le Slow Sex ou l’abstinence volontaire, j’ai bien l’impression que le tantrisme est souvent au centre de nos jeux coquins.
Dans les 2 pratiques, l’idée de base reste la même…Jouer avec l’envie de son partenaire, créer le désir …

Et vous, oserez-vous tenter l’expérience ?
N’hésitez pas à nous livrer vos témoignages.

Libertic’ment vôtre.
Débo

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *