La Messaline

La Messaline

Messaline de son vrai nom Valeria Messalina ( ~25-48 ) est surnommée l’impératrice nymphomane.
Issue de la haute Noblesse Romaine elle est l’arrière petite fille de Marc Antoine.
Née vers 25 elle est se marie à 13 ans à Claude et a 2 enfants, Octavie la futur épouse de Néron et Britannicus.

Selon Wikipédia :
 » L’impératrice Messaline est célèbre pour son appétit sexuel hors du commun, voire sa nymphomanie. La tradition antique unanime colporte à son endroit des récits complaisants et sans équivoque : Messaline est ainsi devenue l’image même de la luxure et du scandale. À en croire la saisissante description qu’en donne l’écrivain Juvénal, débauchée, elle n’hésitait pas à se prostituer ouvertement dans les bordels de Subure (quartier malfamé ) et avait aussi transformé une partie du palais en lupanar.

messaline
Agostino Carracci (1557–1602)

Les historiens modernes, comme la britannique Barbara Levick par exemple, tendent toutefois à relativiser l’importance de ce trait de sa personnalité, mais tous admettent la réalité de l’inconduite de l’impératrice. D’aucuns remettent en question l’authenticité de la prostitution de Messaline. L’historienne Catherine Salles relativise, elle aussi, la débauche de Messaline, mais en relevant qu’elle n’était au fond pas si inhabituelle que cela.

« Les débordements des grandes dames, les orgies licencieuses organisées par les matrones issues de la noblesse ne sont pas une pure invention de moralistes scandalisés. Si l’histoire a noirci le personnage de Messaline, le comportement qu’on lui attribue n’est pas sans équivalent dans la société impériale. Après la morosité du règne augustéen, les moeurs se libèrent brutalement pendant les premières années du règne de Tibère. Certaines matrones se font inscrire ouvertement parmi les prostituées recensées par les autorités de police. Cela leur permettra, pensent-elles, d’aimer librement qui elles veulent sans encourir de sanctions. »
— Catherine Salles, Les Bas-fonds de l’Antiquité, p. 222-223 « 

En tout état de cause elle avait une notion de la liberté sexuelle assez extrême et n’hésitait pas faire exécuter les hommes qui se refusaient à elle ! Elle mena cette vie jusqu’a ce que son empereur de mari comprit l’ampleur des activités de sa femme.

Avec un peu de recul, aujourd’hui elle incarne l’image de la femme libertine assumant à 100% sa sexualité, ses désirs même les plus secrets, prenant en main sa vie sexuelle et choisissant ses amants comme bon lui semble. Une Messaline n’est pas l’objet de désir d’un homme, ni le faire valoir d’un mari en quête d’aventure extra conjugale avec permission, Messaline est la libertine incarnée, libre et totalement libérée.

Vous vous demandez peut être pourquoi je vous présente ce personnage historique ? Et bien tout simplement car « La Messaline » est aussi le nom d’un club libertin dont la directrice partage notre vision du libertinage.
« La Messaline » est bien défini comme un club  » libertin  » et non  » échangiste  » ce qui évite les clivages et permet aux adeptes du libertinage soft de ne pas se sentir exclus d’avance, alors qu’un accueil chaleureux leur est réservé.

Une déco qui reprend quelques accessoires de l’antiquité romaine mélangés subtilement à des meubles design et couleurs tendances, une ambiance subtile ‘ Glam chic ‘ plutôt que ‘ X ‘. On sent la touche féminine dans cette ambiance.
Un restaurant, un bar, une piscine, un sauna, une piste de danse … tout y est pour passer une soirée agréable en couple et entre couples libertins où tout est possible mais rien n’est obligatoire. Le club est aussi connu pour sa convivialité et a très bonne réputation.
Toutes les coordonnées et infos utiles sont sur le site officiel et sur le blog.

messaline

4 réactions au sujet de « La Messaline »

  1. Ce personnage quasi-mythique de Messaline interpelle de manière ambigüe entre fascination et répulsion.
    Une espèce de fascination pour la liberté de mœurs de cette femme ( privilège de caste à l’époque ?) et une sorte de répulsion quant au comportement extrêmes de cette virago qui n’hésite pas à faire exécuter les hommes qui se refusent à elle !
    J’en ai froid dans le dos rien que d’y penser et pour moi Messaline n’est pas une vraie libertine mais une femme prédatrice, une ogresse totalitaire refusant l’échec et pas du tout dans la séduction et le jeu sensuel !
    A trop vouloir la liberté absolue on en devient esclave.
     » Oser d’abord mais savoir Doser »
    Par bonheur le club du même nom n’invite pas à de tels extrêmes et si le désir et le plaisir de la conquête s’y expriment , cette conquête est d’abord celle de soi – même…

    Cordialement

    Elise

  2. Merci à vous pour cet article ainsi que pour votre jolie description du club. Votre point de vue est en tout point le nôtre, et je souhaite de tout coeur que vos lecteurs retrouvent cet état d’esprit libertin, convivial et accueillant lorsqu’ils nous rendent visite.

    Concernant le nom du club : nous en avons hérité lorsque nous avons repris l’établissement qui est l’un des plus anciens de France (nous allons prochainement fêter ses 40 ans !). Je ne connais pas les raisons précises qui ont motivé ce choix.

    Je partage l’avis de Elise et Marc qui considèrent Messaline comme une prédatrice plus qu’une séductrice.
    Mais fort heureusement, aujourd’hui, dans le milieu libertin, le nom de Messaline évoque davantage dans l’esprit de chacun un lieu intime et chaleureux accueillant des couples unis et complices désireux de partager des moments coquins, dans le respect des envies de chacun.

    Véro (responsable de La Messaline)

  3. Merci de votre commentaire chère Véro.
    N’hésitez pas à nous faire part de l’événement pour l’anniversaire du club, nous serons ravis de relayer l’info !

    Bonne continuation et à bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *