Interview du Mois … Palaume

Interview du Mois … Palaume

Nous reprenons nos interviews et pour la première de l’année, nous allons vous faire découvrir un couple très sympathique.


J’étais dans l’écoute. J’entendais mais je ne comprenais pas.

Que représente pour vous le libertinage ?

Pa : Le libertinage, c’est une parenthèse dans ma vie qui s’est ouverte il y a 12 ans. C’est ce truc qui me permet aujourd’hui de me sentir heureuse et en paix avec mon corps. C’était hier, ce truc qui me faisait culpabiliser le matin au réveil après une nuit de débauche. Petit à petit, la culpabilité des qu’en-dira t-on, les façons de penser toutes prêtes s’évanouissent. Je souhaite faire mes propres choix.

Laume : Au-delà d’une simple aventure charnelle, c’est une ouverture à des concepts plus philosophiques qui nous poussent à nous poser des questions. Qu’ai-je vraiment envie pour moi ? Puis-je tout m’autoriser ? Quel respect j’accorde aux envies de ma femme ? Et si celles-ci sont contradictoires avec mes propres limites ?

Qui a commencé ? Qui en a parlé en premier ? Qui a initié l’autre ?

Pa : L’histoire a commencé sur l’autoroute A11. Nous faisions souvent les A/R les week-end pour voir de la famille ou des amis. Et de temps en temps, entre 2 conversations d’amoureux, plutôt que de mettre la FM, Laume parlait de trio FFH. J’étais dans l’écoute. J’entendais mais je ne comprenais pas. J’étais vexée de ne pas lui suffire, chamboulée, perdue, profondément triste de ne pas être LA seule.

Laume : Courant 2005, nous nous sommes inscrits sur un site libertin. Nous étions à la recherche d’une femme seule. Une idée qui est née lors d’une soirée. 1 mois plus tard, nous laissions tomber.
Et, en 2008, alors que nous faisions quelques achats à Pigalle, Pa a lancé : « Et si on allait dans un sauna libertin? » Le vendeur nous en a conseillé un pour les débutants comme nous. Et le surlendemain, nous passions les portes d’un établissement libertin pour la première fois. Nous avons enchaîné 5 sorties en moins d’un mois. Ce qui nous a dégoûté pour quelques semaines. Et puis, nous avons pris notre rythme de croisière.

 Le libertinage incite à s’écouter soi même, parler, écouter l’autre, réfléchir.

Que vous apporte le libertinage ?

Pa : Le libertinage est une activité secrète qui nous réunit. Comme les couples qui font leur marché ensemble le dimanche matin main dans la main, les couples de joggeurs dont les respirations sont synchronisées, le notre a son moment de fusion à son apogée quand on parle de coquineries.
Le libertinage incite à s’écouter soi-même, parler, écouter l’autre, réfléchir.

Laume : Avant tout de très bons moments de complicité. De nombreuses discussions à deux. Et de l’émerveillement en se rendant compte de ce que nous sommes en train d’accomplir. Le libertinage nous a permis de nous ouvrir les yeux sur tout un tas de pratiques coquines. A moins que ce soit l’inverse.

Jusqu’où vous autorisez vous à aller ? Quelles sont vos limites ?

Pa : euh là! C’est bien la question la plus embêtante pour moi. Les réponses peuvent varier en fonction de la météo, des personnalités que l’on rencontre, de mon cycle hormonal, du «feeling» comme on dit, J’ai la chance d’être avec un homme qui gère un peu tout cet aspect. Il communique beaucoup sur les tchat des sites de rencontres libertines pour expliquer nos limites. Je suis souvent déchargée de cette tâche ingrate.

Laume : C’est l’une des questions les plus difficiles à répondre. Lorsqu’on trouve enfin un mode de fonctionnement, une rencontre fait que nous bougeons les barrières. Et lorsqu’on se dit prêt à expérimenter de nouvelles choses, on ne rencontre pas les personnes pour nous faire franchir le pas.
Aujourd’hui, nous rencontrons des couples si possible bi. Nous pratiquons avec eux du cote à côtisme et s’il y a feeling, les filles jouent entre elles, et les garçons jouent entre eux. Nous ne pratiquons ni mélangisme, ni échangisme.
Nous rencontrons également des hommes seuls. Bi uniquement. Soft jusqu’à maintenant.
Mais nous avons encore des fantasmes inassouvis. Un homme bi passif, une transsexuelle aux formes très féminines et aux attributs sexuels masculins, …

Internet est un facilitateur mais ne reste néanmoins qu’une étape dans une rencontre.

Une anecdote pimentée à nous raconter ?

Pa : Quelques souvenirs en vrac…
– Août 2008, Genève – C’est la gay pride. L’ambiance est festive et débridée. Il fait chaud, je porte une jupe légère et une lingerie fine. Je fais la fofolle. Je laisse glisser mon string sur mes chevilles sans que mon homme s’en aperçoive. Je lui demande de me prendre en photo avec des inconnus. Quelle surprise pour lui quand je lui ai demandé de faire un zoom sur mon visage pour qu’il comprenne ce que j’avais entre les d
ents… mon string !
– Avril 2016, Le Mans – 
Dans le jacuzzi des Amazones, une femme offre son entrejambe à son amant. La qualité de la stimulation se lit sur son visage. Le plaisir se fait entendre sans aucune retenue. Elle hurle de plaisir et savoure cet instant devant un public bouche bée devant un tel lâché prise. Les cris résonnent dans la pièce au point de faire venir le serveur du club pour vérifier que tout allait bien. Depuis le bar près de la piste de danse, les cris étaient perceptibles.

Laume : Dans le cadre du libertinage, très peu. A 2, énormément. Comme la fois, où nous nous sommes fait surprendre par la Police alors que nous faisions des galipettes dans la voiture. Ou par le contrôleur dans un wagon. Cette fois où ma belle s’est mise nue sur une falaise de la Manche pour respirer les embruns à plein poumons et que nous avons fini par une fellation face à la mer…

On dit souvent qu’Internet participe à faciliter les rencontres, qu’en est-il pour vous ?

Pa : Difficile à dire, on a connu le libertinage uniquement au travers de l’époque des rencontres via le web. On vit le libertinage lors de nos sorties mais aussi avec le PC sur les genoux avec la TV qui tourne et l’Iphone qui vibre… De manière général, le web permet de se rapprocher de ses pairs plus facilement. Si vous cherchez des passionnés de sex toys fait avec des allumettes, le web te le permet !
Plus sérieusement, cela nous permet de rencontrer des personnes dans la région qui ont les mêmes limites que nous. C’est plus facile de cocher une case sur un site de rencontres que de poser la question en soirée à un couple qui te plaît.
Internet est un facilitateur mais ne reste néanmoins qu’une étape dans une rencontre.

Laume : Oui et non. Internet permet de définir précisément qui sont les coquins que nous allons rencontrer. Après de longues discussions, les limites des uns et des autres sont posées. Lors de la rencontre, le feeling est toujours là. Nous ne nous sommes jamais trompés.
Les rencontres en club sont, dans notre cas, beaucoup plus impromptues. mes meilleurs souvenirs restent ceux où nous commençons à coquiner avec un couple assis à côté de nous dans le jacuzzi. Nous n’échangeons pas un mot. Seul nos corps parlent.
En 8 ans, les rencontres faites grâce à internet se comptent sur les doigts de 2 mains. Celles en club aussi. Notre flair ne nous a jamais fait défaut. La patience paie.

Retrouvez Palaume sur Libertic ainsi que sur leur blog «La vie libertine de Palaume».

Libertic’ment vôtre.

Débo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *