Elodie, libertine assumée | Episode #1 – Podcast Libertic

Elodie, libertine assumée | Episode #1 – Podcast Libertic

Voici le Podcast Libertic ! Chez Libertic, nous en avons assez d’entendre tout un tas de clichés sur le monde libertin… Nous avons donc décider de laisser la parole à de vrais libertins, afin qu’ils nous exposent leur vision du libertinage et la façon dont ils évoluent dans ce milieu…

Dans ce premier épisode, nous vous proposons de faire la connaissance d’Élodie. Cette maman d’une adolescente nous raconte ses premiers pas dans le milieu libertin… Une véritable révélation pour elle qui lui a permis de découvrir une partie de sa personnalité insoupçonnée…

–> Bonjour et bienvenue sur le Podcast de Libertic! Je suis aujourd’hui en compagnie d’Élodie une libertine assumée qui va nous parler de la façon dont elle perçoit le libertinage en tant que femme, et d’autant plus en tant que femme seule. Bonjour Elodie est-ce que tu peux te présenter en quelques mots s’il te plaît ?

Bonjour Lise, bonjour aux auditeurs de Libertic. Et bien je suis libertine depuis trois ans, je vais sur mes 49 ans je suis maman d’une adolescente. J’ai un métier qui me fait rencontrer beaucoup de personnes et je me sens épanouie dans ma sexualité.

–> Est-ce que tu pourrais te présenté en trois valeurs clés qui pourraient te caractériser

Trois valeurs clés… curieuse, respectueuse ou plutôt bienveillante même et pétillante c’est pas une valeur mais c’est ce qu’on dit de moi !

–> Et pour toi qu’est-ce que c’est le libertinage, qu’est-ce qui fait de toi une libertine ?

Je dirais d’assumer mes déviances sexuelles ! Parce que on est dans une société, dans une culture où on parle de déviance. Parce que c’est pas une sexualité classique non plus, comme on entend classique. Oui, j’assume ! J’assume d’aimer le sexe pleinement avec tout ce que ça peut procurer de moments intenses, de compréhension de son corps, de compréhension de l’autre. De tolérance aussi, parce qu’on a différentes déviances au sein de la sexualité. Et après si on va dans le détail : aimer les soirées à plusieurs, aimer le sexe avec une femme… voilà aimer le sexe ! Je peux me laisser porter par les scénarios… je vis cette liberté plus dans des choses que je peux contrôler on va dire, j’aime pas trop les surprises mais j’arrive quand même à faire surprendre !

J’ai même parfois du mal à pas le dire au grand jour tellement je l’assume. Enfin du mal parce que ça pourrait m’échapper, je suis tellement claire avec ça que ça pourrait vraiment m’échapper ! En fait, c’est pas que j’ai du mal à en parler, si je dois en parler, c’est que parfois je fais « oh retiens toi » ! Tu allais dire une un truc qui concerne pas ton patron ou qui concerne pas ta mère…Voilà c’est peut-être dans ce sens là ! Je l’assume tellement que parfois j’en oublie que je parle pas à des libertins. Ca pourrait choquer ou mettre mal à l’aise…J’en parle à ceux que ça ne choquerait pas en fait, donc par exemple ma sœur est au courant, mes deux mes deux meilleurs amis sont au courant.

D’ailleurs en rigolant souvent je leur dit « je vais vous emmener dans mes soirées » et elles disent « rhoo non hein ». Donc ça c’est assez drôle. J’en parle pas à ma fille, mais elle sent que j’ai une grande liberté d’expression par rapport à ça. On en parle toutes les deux très librement. Comme je le disais je n’en parle ni à mon patron ni à ma mère, parce que je pense que ça pourrait les mettre mal à l’aise ou les choquer. Mais j’en parle ouais très très librement de ce que je suis.

–> Et du coup j’aimerais qu’on revienne un peu sur comment tu es rentré dans le monde du libertinage. Est-ce que c’était suite à une rencontre, des envies ?

Les deux. Une rencontre… alors il se considérait pas comme libertin mais plutôt curieux. Donc depuis 10 ans qu’il était plus plus marié, il était plutôt dans des dans des relations ponctuelles. Il avait découvert effectivement d’avoir fait avec une sexfriend, on va l’appeler comme ça, et un autre couple. Il avait déjà fait ça, il avait une relation bi aussi. Donc voilà, il pouvait m’en parler. Et ne connaissant pas du tout le libertinage et en me faisant une idée de ce que certainement le grand nombre se fait… on imagine le film Eyes Wid Shut en imagine voilà des choses un peu un peu secret.. oui obscu… voire orgiaque.

Je voulais quand même l’approcher, parce que je me sens sentais sexuellement très gourmande. Peut-être même parfois décalée, mais est-ce que c’était de l’ordre du fantasme ou est-ce que j’étais vraiment faite pour être dans cette liberté sexuelle ? Je ne savais pas donc oui, une forme de curiosité. Et la rencontre ! Donc je lui ai dit écoute, j’ai envie de découvrir cela, faisons-le ensemble !

–> Et juste pour être au clair, c’était une une rencontre amoureuse ?

Non, une rencontre libre. On se voyait tous les 15 jours/3 semaines et c’était surtout pour se retrouver à l’horizontale. On passait tout le week-end à ça même, on se réservait ce weekend à ça tous les deux. Après je lui dis : en revanche de ce que tu m’expliques du libertinage, on s’écrit pendant une semaine ou deux semaines, on dîne ensemble et finalement ça le fait pas une fois que la personne… Enfin moi j’avais pas ce temps là consacrer.

Je l’avais pas et j’avais pas envie de consacrer tout ce temps à ça. Donc je lui ai dit je sais qu’il existe des clubs, allons au club ! Au moins voilà on on payera pas plus cher que de se faire un restaurant avec d’autres personnes ou de prendre un verre, et puis si c’est concluant d’aller en plus prendre une chambre à l’hôtel… Voilà donc allons-y ! On perdra rien on y va !

Il y aura je sais pas… 100 personnes et sur ce nombre de personnes on verra bien si il y a des gens qui peuvent nous intéresser. D’un regard sur la piste de danse, la façon de se mouvoir; est-ce que ça pourrait le faire, se rapprocher, se frotter. Est-ce que dans le rapprochement ça pourrait aller plus loin… Et en une soirée on saura ! Voilà, on va pas perdre de temps ! Lui était moins chaud pour ça, parce qu’il avait besoin justement de la découverte, la rencontre des mots.. Je dis « bah écoute si tu veux, tu fais ça au bar pendant je vais danser ! Tu feras la rencontre des mots. Je pense qu’on va y trouver notre compte effectivement. »

C’est ce qu’on a fait. On est allé en club, donc première fois pour tous les deux ! Pour lui première fois en club et pour moi première fois de toute façon de se retrouver dans une situation libertine. Donc nous y sommes allés effectivement… Et on a fait avec un autre homme. Donc pour moi c’était avec deux hommes ! Première découverte. Et on a fait avec un couple ! Donc aussi première découverte pour moi.

On a senti que pour ce couple c’était aussi la découverte, et ça a pas fonctionné comme il devait l’imaginer puisque madame a pris beaucoup de plaisir et monsieur était très mal à l’aise par le fait que Madame.. ça a été un petit peu « bon on y va ? » Donc voilà ça s’est arrêté entre temps. Et pour la partie avec un autre homme ça c’est bien passé. Lui n’avait pas de compte à rendre à quelqu’un d’autre.. Je dis compte à rendre parce qu’évidemment quand on y va en couple il y a quand même, j’imagine, des codes. On s’autorise « à »..

Mais donc voilà, lui n’avait pas de compte à rendre à qui que ce soit donc ça c’est très très bien passé. La seule limite qu’on s’était autorisée c’est : on y va ensemble c’est quand même en s’assurant que l’autre passe une bonne soirée. On pouvait partir chacun dans notre coin mais voilà, pas partir deux heures alors que l’autre est assis sur le canapé… Donc voilà on s’assurait au moins de ça, que chacun passe une bonne soirée. Puis finalement on a tout fait ensemble.

Et ensuite sur le retour, alors évidemment fatiguée par par l’énergie qu’on y avait dépensé, un petit peu d’alcool et puis voilà, c’est chargé quand même ces moments-là. Ils sont chargés en énergie, en émotion, en intensité de ce qu’on met dedans. Donc j’étais plutôt silencieuse dans la voiture, et lui un peu inquiet de me voir silencieuse qui me demande « est-ce que ça va? ». Et je le regarde je fais « si je devais comparer dans quel état je suis, je pense que là je me sens comme une petite fille qui revient d’Eurodisney. Et je veux y retourner vite ».

Donc voilà j’ai voulu essayer tous les manèges, refaire certains manèges.. Les yeux grands grands ouverts à tout prendre, tout vivre et comprendre que j’étais dans quelque chose hors norme et qui me plaît. Et voilà, là j’ai senti que j’étais libertine ! Oui ! Je savais pas si je pouvais vraiment mettre ce mot là, mais que je n’étais pas en fait dans l’ordre du fantasme ! C’est que j’étais faites pour ça…

Et ensuite chacun a décidé de continuer sa route de son côté.. Quelques mois aprè, sur un réseau social de rencontres classiques, j’ai été approchée par quelqu’un qui m’a proposé une soirée privée. J’étais pas là pour ça à la base, mais parce que j’étais pas encore complètement dans le dans le libertinage, dans la rencontre libertine. Donc je me suis « dit bah allons-y pourquoi pas. Il me propose quelque chose pour lequel maintenant je me suis faite allons-y ». Et lors de cette soirée on était une quinzaine je pense. J’ai eu cette chance dans cette soirée de faire des rencontres avec des libertins de longue date, de faire LA rencontre bi qui m’a fait dire « oui je suis vraiment bi ». Parce que je pense qu’en fait on sait si on l’est comme on sait si on va on pas se sentir bien avec quelqu’un.

Jusque là j’avais fait des rencontres bi, mais je me demandais si j’étais faite pour ça ! Mais en fait c’est que j’avais pas rencontrer LA bonne personne avec qui ça allait marcher. Et donc là avec cette femme là ça a été magique. Ca ne m’a pas fait dire maintenant je suis lesbienne ni je veux plus toucher aux hommes, mais ça a été la révélation de mon corps. Mais voilà j’ai dit oui, je suis vraiment bi !

J’ai découvert que j’étais fontaine… Je savais même pas que ça existait « ah oui !? Qu’est-ce qui se passe ? Mais mais ça coule ! Qis qu’est-ce qu’il fait ? Cc’est génial !!! C’est trop bien ». Voilà ! J’ai découvert qu’une femme très charnelle pouvait m’attirer. Et donc d’ailleurs c’est ce qu’il s’est passé. J’ai découvert complètement la liberté sexuelle, et de l’assumer dans cette soirée là. J’ai découvert qu’il y avait des réseaux sociaux pour ça, « tiens c’est comment il s’appelle? ». Donc j’ai tout découvert dans cette soirée. Et le lendemain je me suis inscrite. Et j’ai fait de belles rencontres pour finalement même me désinscrire de sites plus classiques.

–> D’accord donc là on entend que tu as été hyper séduite par le milieu dès le début mais ça a été vraiment le cas même les cinq premières minutes dans le club il y a pas eu ce qu’il y a eu un moment tu t’es dit comment ça marche…?

Si quand même et ce partenaire sexuel comme on va l’appeler pouvait pas me répondre puisque il était lui-même jamais allé en club. Et en fait ma tenue n’était pas des plus sexy. Enfin elle l’était pour moi, je ne serais pas sorti comme ça. Mais en fait j’étais pas la plus sexy ! J’étais allée dans un magasin… dans un sex shop et j’avais vu différentes tenues. J’avais mis quand même la tenue dans laquelle je me suis dit que j’attirerais et je me sentirai épanouie.

Et ce qui a de bien c’est quand on est arrivés en club, ils nous ont demandé si c’était la première fois. Donc après j’ai appris que c’est qu’ils le demandent à chaque fois (sauf une fois qu’il vous reconnaissent évidemment). Et donc si c’est oui, ils vous font visiter et vous mettent à l’aise. Dans tous les cas ils vous expliquent les quelques codes, donc c’est toujours très bienveillant ! Et du coup ça m’a mise à l’aise aussi. Ca dédramatise le côté « mais qu’est-ce que je fais là, qu’est-ce qui va m’arriver ».

Et en fait voilà, il y a le premier verre qui vous est offert au bar. Des gens qui se rapprochent, qui voit bien aussi qu’ils ne vous ont jamais vu. J’imagine que le mot est dit aussi aux habitués, et en fait ça se fait très facilement. On voit bien que la rencontre charnelle elle se fait sur la piste. C’est là qu’on commence à se toucher, à se frotter, à ressentir si oui… Alors on voit bien aussi les petits regards entendus ou pas !

Ce qui est curieux c’est que je pratique le tango et dans le tango il y a des regards qui se font « est-ce que la prochaine danse… ». Donc c’est pas parlé, c’est pas touché. C’est « est-ce que la prochaine danse vous voulez venir ? ». Et c’est le regard échangé qui dit oui ou non, j’ai retrouvé aussi ce côté là, où on vient pas vous toucher mais il y a aussi des regards qui se font « est-ce que est-ce que ça pourrait aller ? ». Et notre regard s’adapte aussi à ça donc voilà c’est ça. Ca s’est fait très facilement finalement au club.

Est-ce que tu avais l’habitude avant de sortir toute seule dans du bar et des clubs classiques est-ce que c’est quelque chose que tu faisais déjà ?

Non, parce qu’on est un gros groupe d’amis. Et donc forcément sur les 25, il y en a toujours cinq six qui sont disponibles pour sortir. En revanche je suis tout à fait capable d’aller dans des endroits seule. Je vois dans mon métier, il y a des after-work où je peux aller seule. J’ai pas de problème à arriver seule dans un endroit…

En fait j’ai amené la question pour savoir s’il y avait une différence du regard de la femme seule en club classique et en club libertin est-ce que tu penses qu’il y a peut-être moins de danger moins de gros lourd…

Mais là je pense que c’est juste une question d’attitude ! C’est l’attitude que l’on a nous qui fait qu’il y aura des lourds qui viennent s’approcher… Bien que les gros lourds souvent sentent même pas ça ! Du coup ils se font rembarrer gentiment. Enfin parce que moi j’ai plutôt … comme je disais, je suis plutôt respectueuse et bienveillante ! Mais si ils ne le sentent pas, je suis capable de les rembarrer gentiment et respectueusement.

En revanche s’ils sont très très très lourd, il y a un côté dont on parlera certainement plus tard où je sais avoir plus de fermeté pour leur dire que là ça suffit. Et puis les gens veillent aussi autour de vous en club. Les hommes seuls qui rentrent ils sont connus, et puis si ils rentrent quand même, ils reviendront pas ! Ouais ils sont fichés ouais. Et puis de toute façon je pense que c’es dans l’intérêt du club d’avoir des gens qui se sentent bien et une clientèle de qualité.

Donc je me suis remise récemment sur un site classique. Alors pour une situation rocambolesque : ma meilleure amie avait perdu son portable, elle cherchait un moyen de le traquer. Donc elle s’était dit que sur certains sites on peut être géolocalisée. J’ai créé un profil pour finalement qu’on se dise « ah non c’est bête parce qu’il faut que je t’accepte pour que tu saches ou je suis »… Enfin bon bref un truc complètement fou ! Donc je me suis retrouvée inscrite dessus en me disant « bon ben voyons voir ». J’ai pas trop aimé le système de ce site là et je me suis rappelé que j’avais mis en suspend un profil sur un réseau social libertin. Et donc ça fait bien deux ans que j’avais pas remis mon nez dedans, donc je l’ai remis en activité. J’ai remis mon nez dedans, je l’ai remis en route !

Et en fait je sens déjà dans mes échanges que je me fais chier. Je dis un gros mot mais c’est ça en fait. C’est certainement à tort, parce que il y a certainement des hommes qui cherchent des relations classiques et qui sont très gourmands et qui sexuellement pourraient répondre à mes attentes. Donc c’est peut-être un tort. Alors que parfois je rencontre des libertins qui sont là parce qu’ils cherchent plus des rencontres gourmandes que des rencontres multiples. Enfin multiples dans la même soirée j’entends, ou qui se sentent pas d’échanger la femme qu’ils aiment. On y trouve de tout mais toujours est-il que c’est des profils un peu bisounours quoi.

Je veux pas faire de clichés mais quand on vit ce qu’on vit sur les sites libertins… Les photos de profil où ils sont pris en photo avec leur chien ou un bouquet de fleurs dans la main on n y’arrive plus! On n’y arrive plus à ça, ouais on arrive plus. Donc j’ai arrêté et je me suis remise sur le site libertin. J

e trouve qu’il y a une déviance aussi sur les sites libertins. On voit des gens qui mettent une photo avec leur chien ou un bouquet de fleurs.. et j’ai envie de dire mais il se méprennent sur ce qu’ils sont, sur pourquoi ils sont là. Ils se méprennent sur pourquoi on est là ! On n’est pas là pour rencontrer de 5 à 7, on n’est pas là pour pour assouvir un fantasme d’adultère, on n’est pas là pour ça ! Même si c’est peut-être le meilleur moyen pour eux d’y accéder… Je suis même pas sûr qu’il y accèdent finalement j’en suis même pas sûr.

Moi je suis là pour faire des soirées privées, multi, en une soirée mettre ma tenue super sexy avec un thème. Même si je avec mais ma bande de copains classiques on fait des thèmes soirée disco ou.. enfin.. c’est pas c’est pas le propos mais voilà ça reste des thèmes hyper sexy. Ouais je suis là pour pour ça ouais. Me faire prendre par deux mecs en même temps. Sortir d’une salle pour aller dans une autre.. Bon me laver quand même entre deux mais bon, retrouver des libertins avec qui j’aime bien coquiner et ne pas avoir à justifier de quoi que ce soit. Voilà !

–> Maintenant on va parler d’un autre côté de ta personnalité et de ta sexualité je crois savoir que tu es aussi domina oui est-ce que tu peux nous expliquer ce que ça veut dire

Alors pareil, je ne le savais pas que je l’étais avant d’être contacté.. pareil sur un site pas libertin ! Alors je ne sais pas si c’est dans mes propos, dans ma façon de parler ou dans façon de me tenir. Peut-être parce que j’ai une cravache à la main … je plaisant ! Non non finalement je sais pas mais vite j’ai été abordé par quelqu’un qui me disait « je cherche une femme dont je serai l’esclave »

J’avais déjà mis un pied dans le libertinage, mais très récemment, au même titre que sur même site j’étais approché par quelqu’un qui m’a proposé de participer à sa soirée privée. Donc je me suis dit « allons-y ». Il y avait une part de curiosité et il y avait une part de moi qui me sentais capable de répondre à ses attentes. Donc j’ai essayé… Et effectivement, j’ai été capable de répondre à ses attentes. Je me suis arrêtée au bout d’un moment parce qu’en fait, si on veut remplir pleinement ce rôle, c’est chronophage. Parce que c’est pas quelque chose qui se fait la légère, et là aussi on trouve de tout. On trouve des gens qui pensent parce qu’ils mettent un collier à quelqu’un ils sont dominants. Je me suis renseignée de comment ça allait se passer, parce que ça reste mon côté là pour le coup respectueux.

C’est pas parce que la personne vous propose d’être votre esclave ou votre soumis.. Parce qu’il y a une différence quand même entre soumis et esclaves. L’esclave se livre complètement ! C’est à dire que le matin il attend des choses. Si je veux je l’enferme pendant deux jours.

Soumis c’est plus ponctuel. Il vient pour une soirée, il a pas de maîtresse…il va peut-être vous appeler maîtresse pour le temps de la soirée mais il est pas voué corps et âme. Il a pas besoin d’avoir votre emprise tout le temps, c’est ponctuel c’est pour la soirée. Donc voilà dans la journée je lui disais : ben tu sors tu fais ça, sachant le métier qu’il avait, ça demande une mise en place quand même. Voilà il y a eu un contrat, il y a eu des limites.. c’est moi qui ai arrêté parce que ça me prenait finalement beaucoup de temps . Et je le trouvais pas si engagé que ça…

Donc moi je trouvais plus l’intérêt d’y mettre toute l’énergie que j’y mettais, et de voir qu’en face en fait il était craintif. C’est pas qu’il le prenait à la légère, c’est qu’il était hyper craintif, donc je pouvais pas le mener… Alors j’ai arrêté ! Donc après j’ai été contacté par des hommes qui voulaient pendant une soirée que je leur fasse mal et tout ce qu’on peut mettre derrière. Qu’ils soient insultés… il y a eu de l’uro.. Il y a eu des choses comme ça !

Moi je découvrais au fur et à mesure. J’ai eu parfois des cas de conscience au début à me dire « mais qu’est-ce que tu es en train de faire là, enfin tu te rends compte de ce que tu es en train de faire ! Tu as un être humain en face de toi, quand même voilà ce que tu es en train de faire ».

Il est ressorti… fracassé… Je cherchais le mot parce que j’ai failli dire brisé et en fait non pas du tout. Ils ne ressortent jamais brisé si on a fait ça bien et c’est là ma réflexion c’est de me dire parce qu’en fait tu as rien fait de mal. Tu as juste accédé à leur demande, à leur propre déviance, tu as répondu à ça, tu les a vidés, fracassés, mais ils sont bien. Ils ressortent de chez toi ils sont bien. Et ils ont redemande ! Si je n’étais pas respectueuse, oui peut-être que là il y aurait un problème ! J’accèderais à ma propre demande sans être à leur écoute. Ils ne se sentent pas jugés du tout, du tout. Et ils viennent à moi, et ils reviennent à moi !

Et j’ai eu à faire aussi à quelqu’un qui pratiquait la soumission. Qui a fait appel à des professionnels et je l’ai rencontré dans un autre contexte du libertinage quand même… Je vais le rencontrer avec sa compagne ils avaient des pratiques god ceinture des choses comme ça. Lui se lassait un peu parce qu’ils étaient dans quelque chose d’un peu de théâtral. Elle elle n’était pas une domina. Ils étaient dans quelque chose : « allez ce soir ensuite séance ». Mais il ressentait pas ce qu’un soumis doit ressentir il ressentait pas ça. Et il m’a dit j’ai ouvert la porte j’ai su que tu l’étais avec un D majuscule. Je l’ai senti ! Donc on en a parlé et après on a fait une séance. Lui est ressorti de notre séance vidé, et m’a remercié. Il m’a dit tu n’es pas dans le théâtre du tout du tout.

Donc voilà, je pratique pas souvent. Ce n’est pas ma relation première.. Si le soumis m’interpelle dans ses demandes et dans sa façon de me parler, je vais aller jusqu’au bout ! Mais j’ai plein de demandes.. Et non, si c’est pour te faire chatouiller, te faire bander les yeux et te faire chatouiller, j’ai autre chose à faire !

Et j’ai une relation récente qui a duré deux mois. Une relation amoureuse ! Elle a été amoureuse parce qu’il y avait la partie dominant/soumis, et la partie couple qui était séparée. C’est à dire que parfois il m’envoyait un message, et il commençait à me vouvoyer. Donc je savais qu’il allait être dans une demande. « Voilà j’aimerais qu’on aille dans tel club ». Il me donnait le nom d’un club à Paris spécialisé là-dedans.. Ou il me disait « voilà j’ai trouvé ça sur Internet, une cage de chasteté, j’aimerais qu’on en parle. Qu’est-ce que vous en pensez? « .

Ou quand il était dans le tutoiement c’était pour aller au restaurant. Il y a eut une relation amoureuse. Au début elle me perdait un petit peu, lui il savait clairement ce qu’il voulait dès notre premier dîner. Pareil, il a senti tout de suite que j’était la femme qui allait correspondre à ça. Avec un certain statut social, assez élevé. Donc je devais aussi répondre à ce qu’il imaginait, de son quotidien d’homme quoi, en plus de sa déviance. Il devait sentir aussi que j’allais correspondre à ça. Donc je suis partie là dedans…

Mais à un moment donné j’ai senti que de toute façon notre sexualité ne se baserait que sur la domination/soumission. Et je sentais que j’aurai un manque. Mais je sentais que du libertinage, il ne souhaitait vivre que la relation domina/soumission… Donc c’est qu’à côté de ça on ne ferait pas de soirée où je pourrais, moi, vivre ma sexualité de femme. Voilà, comme je le disais, être prise par deux hommes, puisqu’il serait dans une relation exclusive. Donc voilà, ça a duré deux mois. On ne sait pas arrêter parce qu’il n’était pas possible de scinder les deux, mais pour d’autres raisons.

Mais en fait pour une raison très simple, je peux en parler ! C’est que dans notre relation privée, il s’est mis à être autoritaire, exigeant. Et à un moment donné j’ai dis : « enfin il y a un truc que que je comprends pas, comment tu peux penser que tu peux me parler comme ça sachant que j’ai plutôt un caractère fort. Et même si je le mets pas en avant dans notre relation et que tu as autant d’importance dans tes choix tes envies que les miennes. J’ai pas une relation autoritaire dans notre couple, comment tu peux penser que tu peux me parler comme tu me parles là en ce moment.

Ou exiger ce que tu exiges là, comme si j’étais une adolescente de 15 ans quoi !? Enfin je crois qu’il y a un truc que… peut-être pour compenser mais, qui pourra pas l compenser avec moi ! Ça c’est sûr ! ». Ou auquel cas on se voit que pour des relations de domination amis ici il cherchait une relation amoureuse, où lui aurait le dessus ! Mais ce sera pas avec moi en tous les cas. Et c’est pour ça que ça s’est arrêté.

–> Tu as un petit peu répondu à la question, mais c’est vrai que dans une relation avec quelqu’un de non libertin tu aurais un manque ?

Et bien je ne sais pas ! Parce que comme comme je l’évoquais tout à l’heure, peut-être qu’à tort je ne cherche pas sur d’autres sites. Peut-être qu’à tort, parce que je pourrais rencontrer quelqu’un dans ces recherches classiques qui a une sexualité comme la mienne. Avec toute la curiosité qu’on y met et tout. Ce serait une relation exclusive, mais sexuellement ça se passe super bien. On essaie des trucs ou voilà. Parce que en plus pour moi le libertinage n’est pas non plus une finalité.

Je suis tout à fait capable… Je vois pendant les périodes de confinement ou de restriction ; même si on pouvait sortir fallait pas être trop nombreux, ou voilà libertinage ne m’a pas manqué du tout du tout ! Les soirées club non plus ! Alors que j’ai vu dans mon environnement des gens mais qui étaient mais perdu en mode « on se retrouve derrière un arbre ». Enfin vraiment des trucs « je vais courir à tel endroit », quand on pouvait que sortir pour faire du sport.. Non mais j’ai vu des choses aberrantes ! Des soirées à 50 alors que.. Enfin des trucs de fou ! Parce que les gens pouvaient pas vivre sans ça. Ça devient leur raison de vivre le libertinage !

Pour moi le libertinage est un plus, je m’éclate complètement ! Mais si ça doit mettre en péril une relation de couple… Parce que je compte pas vivre seule libertine. Je compte vivre avec une relation équilibrée sur le long terme, avec qui ben je peux aller en vacances, au cinéma.. Et s’il est pas libertin ça m’ira très très bien ! La seule petite différence du coup de me sentir tellement épanoui dans ma sexualité aujourd’hui, c’est que si je m’ennuie avec lui au lit ça va être compliqué. C’est la seule différence !

Avant le libertinage j’ai pu avoir des relations comme ça, de couple… ben au lit je peux pas me la mettre derrière l’oreille parce que c’est pas possible. Mais c’est un peu l’expression. Je me la mets derrière l’oreille et puis voilà je peux pas le dire mais l’idée est là. Mais bon voilà, on fait des compromis.. Si par ailleurs ça se passe bien. Mais bon si sexuellement c’est pas le top, ben là je pense qu’aujourd’hui ce serait compliqué. Ce serait hyper compliqué !

–> Et en acceptant cette interview est-ce que tu avais un cliché en tête que tu aimerais contrer ?

Le non libertin ou du moins celui qui ne sait pas ce que c’est, qui se l’imagine… Mes amis savent maintenant ce qu’est le libertinage. Donc elles ont plus d’a priori… Mais pour les non libertins, non initiés… bah il y a le cliché : on fait pas des orgies ! On n’est pas déséquilibrés ! Mais ça oui, on est clairement dans le culturel quoi ! Et puis dans ce que la société nous dit ou l’art ! On parle du cinéma mais ça peut être d’autres choses.. De l’idée qu’on s’en fait oui parce que à une époque tout ce qui était classé X était en hauteur dans les presses. Parce que tout était codé ! Aujourd’hui tout s’ouvre, il suffit de taper sur un moteur de recherche libertinage pour en savoir bien plus ! On fait pas des orgies, et on n’est pas déséquilibrés, voilà !

Et que les grosses grosses soirées qui sont organisées, sont organisées par des professionnel. Donc je parle des soirées multi qui sont organisées par des professionnels. Il y a l’hygiène, il y a des sélections qui se font et voilà, c’est juste des gens… Je sais pas, est ce qu’on reproche à des passionnés de voile d’aller à des manifestations nautiques ? Non, c’est un peu ça quoi ! Il y a des règles de sécurité, il y a des professionnels qui les organisent, il y a tout ça !

Il y a aussi une sélection.. alors pas des meilleurs c’est pas ce que je veux dire..C’est pas de présélection des meilleurs ou des TTBM (les auditeurs voient de quoi je parle…) on va pas chronométrer le temps d’endurance. On n’est pas du tout là dessus, mais quand je dis une sélection, c’est une sélection de profils certifiée ou je sais pas comment on pourrait le dire.. Mais voilà il y a quand même une forme de sélection. Donc voilà, non ça se passe très très bien entre nous ! Et puis si c’est des soirées privées, c’est souvent des gens qui se connaissent plus quelques nouveaux couples.

C’est drôle à dire comme ça mais c’est bon enfant ! On est juste là pour vivre un moment ensemble de choses qui nous plaisent quoi. Si il faut faire le rapprochement de la manifestation nautique c’est ça. On vit un bon moment de quelque chose qui peut même être passionnant ! Enfin tous ceux qui sont passionnés d’un sport et qui vont comprendre ce que je veux dire. Dans le moment où ils le font à quel point ça peut être grisant ! A quel point on sort de là et ça fait du bien ! On a vécu quelque chose de chouette ! Même si c’est une séance de fitness à la salle de sport ou une course avec la montée d’adrénaline, on est là dedans aussi !

Donc voilà non c’est pas des orgies, c’est pas des soirées entre gens déséquilibrées. On n’est pas du tout là-dedans. Et pour ceux qui sont dans le libertinage, même les clichés en fait on se les créé nous-même. On en parlait en off avant l’enregistrement Mais des femmes seules qui sont synonymes de divas, des hommes seuls qui sont synonymes de mort de la fin. En fait on se crée nous-mêmes les clichés ! Il y a des hommes seuls qui sont là parce qu’ils ont envie aussi de vivre des choses un peu décalées. Ils sont respectueux, ils sont gentleman, ils sont à l’écoute.. et ben mesdames répondez à leur Bonjour ! « Bonjour mademoiselle, bonjour madame vos photos sont magnifiques »… et ben mettez un merci !

Même si vous ne voulez pas discuter plus longtemps mettez un merci. Ça fait du bien et puis les femmes qui sont prises pour des divas, c’est peut-être parce qu’il y en a qui se prennent vraiment pour des divas ! Alors que dans le lot, il y a des femmes qui sont très très bien. Et qui ne répondent pas aux messages peut-être parce qu’elles sont submergées de messages. Ou peut-être parce qu’elles l’ont lu et puis elles ont été interrompues ! Elles sont partie faire autre chose, et qu’ils faut qu’elles casent une heure devant elle pour pouvoir répondre à tout le monde. Enfin voilà, ça peut être aussi très compliqué. C’est pas parce qu’elles sont divas.. Et que peut-être le lendemain elle va vous répondre merci ou voilà !

Donc si s’il y a des clichés c’est bien parce qu’on le veut bien. Alors peut-être que… je vais rebondir sur les histoires de clichés ! Alors là j’aurai un coup de gueule même ! Mais messieurs arrêtez de penser que parce qu’on est libertine vous allez nous attraper par la queue de cheval nous dire mets toi à genoux et nous enfoncer la b*te dans la bouche et que on est forcément d’accord avec ça. Alors ça c’est un vrai p*tain de coup de gueule ! Alors peut-être parce que je suis de nature domina, mais non ! Qu’est-ce qui vous fait croire que, parce qu’on le voit dans les mini clips maintenant c’est plus des films p*rno c’est des mini clips de 2 minutes 30, qu’une femme qui se fait défoncer la bouche elle adore ça !

Donc la libertine que vous allez rencontrer elle va l’adorer… ben non, pas du tout. Non, on n’est pas là pour ça ! Il y a des poupées gonflables pour ça si vous voulez pas leur demander leur avis. Ça me ça me révolte ! Et mesdames, arrêtez de penser que c’est normal parce que peut-être que s’il le font c’est parce que vous leur faites penser que c’est normal. Enfin sérieusement, qui peut aimer en avoir les larmes aux yeux… que ça touche la glotte et trouver ça super génial quoi ! À part le pied que l’homme en prend… Enfin avec un petit peu de recul, qui peut aimer ça vraiment !

Enfin peut-être qu’il y aura des réactions à ce que je viens de dire… Et qu’il y a des femmes qui diront « si si c’est génial », mais en étant honnête avec soi-même et en se posant la question 2 secondes..Een s’imaginant comme si on était filmé, en se voyant, est-ce que franchement c’est c’est ce que vous avez envie ?

Puis moi, enfin je sais plus si c’est marqué BDSM ou autre, et forcément on me contacte pour savoir « si je t’attache », j’ai eu ça moi un jour, « si je t’attache les bras dans le dos que je te bande les yeux que je t’écris sal*pe sur le front et que je te filme en train de me sucer qu’est-ce que tu en penses ? ». Ma réponse a été « mais je vous retourne la question ». « Ah, j’ai l’impression que c’est pas une question !!! » Ah bah voilà, tu as tout compris ! Allez passe ton chemin, c’est pas une question ! Non, comment on peut d’entrée de jeu penser que c’est ça qu’on recherche ?

Alors il y a peut-être le mouvement 50 nuances de Grey. Il y a peut-être des mouvements qui ont vulgarisé le BDSM. Et je crois qu’un jour j’ai vu ça dans la vitrine d’une pharmacie : le coffret BDSM dans le rayon bien-être. Je me suis reculé, j’ai regardé la devanture et c’était bien une pharmacie ! Ouais ça peut être rigolo ça peut être… pourquoi pas ! Mais c’est pas parce que c’est vulgarisé qu’on veut toute ça ! Voilà, c’était mon petit coup de g*ule.

–>Est ce qu’il y a un fantasme que tu n’as pas encore assouvi, ou une pratique que tu as envie d’essayer que tu n’as pas encore eu l’occasion d’essayer ?

On comprendra j’aime bien les trios homme homme femme. Et du coup qui s’assument forcément. Ce qu’on appelle les Bi-curieux c’est plus compliqué.. Moi je suis du genre à aimer aller dans le vif du sujet. D’ailleurs je mets pas trois semaines à échanger pour arriver à prendre un verre. Donc en général les profils nous plaisent… le minimum est dit et évoqué ou est vu sur le profil. On prend un verre et là on voit au moment de cette rencontre si ça peut aller plus loin ou pas. Après parfois c’est le manque de temps, quand on a un travail, des enfants un week-end sur deux etc.. donc les fantasmes je pense que j’en aurais réalisé pas mal si j’avais eu plus de temps. Ouais peut-être que celui-ci serait le serait le principal.

Ou de dominer une femme ! Mais là on est pas dans l’ordre du fantasme, on est toujours dans la découverte de cette particularité que j’ai. C’est peut-être pas un fantasme. Je serais bien curieuse de le faire.

–> Est-ce que pour le mot de la fin tu aurais une anecdote plutôt marrante ? Une technique de drague qui t’a plus ou moins fait rire… ou je sais pas, une situation hyper drôle, quelqu’un que tu as rencontré en club que tu t’attendais pas du tout avoir là !?

Alors oui, rencontrer en club ou sur les profils ! On ouvre le profil privé « à »… Bah Christophe ! ah ! je donne un nom au hasard, Christophe ne te sens pas concerné ! ah zut maintenant il l’est… Donc de suite je préviens de qui je suis, dans quel contexte on s’est rencontrés si c’est un peu flou. Et en disant que je comprends très bien que donc on ira pas plus loin parce que la personne veut séparer… Donc oui ça peut arriver bien sûr ça m’est arrivé deux ou trois fois peut-être.

Et les techniques de drague la plus appréciée, c’est quand la personne prend le temps ! Quand on sent que c’est du copier-coller, ça va pas plus loin laisser. « Cc sava ? » pitié arrêtez ! on n’a pas besoin de grande littérature, mais on a besoin de sentir que la personne elle se sent un petit peu impliquée, concernée. Qu’elle est pas là juste pour baiser. Derrière ce profil il y a eu un être humain qui se cache… un petit cœur qui bat oui ! Il y a quelqu’un qui va répondre ou pas.. mais avec un « cc ça va » faut pas s’attendre à ce que la personne réponde. Donc sentir que la personne elle a regardé le profil et que son message d’accroche est là. Déjà ça aide.

Alors le tutoiement moi, ça d’entrée de jeu moi ça me ça me bloque direct. Non je ne suis pas une fille facile ! Enfin voilà, c’est pas parce qu’effectivement on met là une forme libre de s’exprimer sexuellement qu’on a élevé les cochons ensemble. Enfin même si le tutoiement se fait naturellement derrière, rapidement, moi j’ai aucun problème avec ça, aucun. Il y a des libertins que j’ai croisé plusieurs fois avec qui il y a eu conclusion et que je vouvoie encore ! Et qui me vouvoie encore ! C’est une question de ressenti de feeling, c’est une façon de mettre d’entrée de jeu une limite, une distance. Alors évidemment tu es magnifique ou quoi.. .Mais je suis là la semaine prochaine tu es disponible, mais ça peut pas marcher quo !i Ça peut pas marcher !

Ou les gens qui pensent que c’est déjà acquis parce qu’ils sont là la semaine prochaine … Comment te dire que non ! J’ai une vie ! Non mardi j’ai piscine ! Enfin voilà, on n’est pas disponible. Ça veut dire aussi le vouvoiement mais aussi un peu de respect par rapport à ce pourquoi on est là, et qui on est !

Et bien je crois que j’arrive au bout de mes questions merci beaucoup Elodie pour le temps accordé c’était super chouette et puis on se dit à bientôt

Avec grand grand plaisir à bientôt !

Et voilà le premier épisode du podcast Libertic touche à sa fin si vous avez aimé n’hésitez pas à liker vous abonner etc etc et Puis moi je vous donne rendez-vous le mois prochain pour le deuxième épisode ciao ciao. »

On se donne rendez-vous dès le 12 Octobre pour le deuxième épisode !

Libertic’ment vôtre ❤️

REJOIGNEZ-NOUS : https://www.libertic.com

FACEBOOK : https://www.facebook.com/liberticpage

INSTAGRAM : https://www.instagram.com/libertic_com/ BLOG : https://www.libertinagepourtous.com/

TWITTER : https://twitter.com/libertic_com

https://twitter.com/libertinage

One thought on “Elodie, libertine assumée | Episode #1 – Podcast Libertic

  1. Très bel interview de Dame Élodie, une Femme très épanouie j’ai vraiment aimé sa voix et le récit de son expérience.
    toys

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.