Archives de
Catégorie : Blog Libertin

Et si on formait un trouple ?

Et si on formait un trouple ?

Dans certaines relations libertines, le sexe et l’amitié se confondent, et on se laisse emporter par ces sentiments. On se découvre alors une certaine forme de « polyamour »…

Source photo: internetmatuer

Définition : Relation sentimentale honnête, franche et assumée avec plusieurs partenaires simultanément. Être polyamoureux c’est aimer plus d’une personne. Cet amour peut être sexuel, émotionnel, spirituel, ou n’importe quelle combinaison des trois, selon les envies et les accords des individus impliqués.

 

Mais comment ces couples libérés sexuellement, vivent aussi le fait d’être libérés sentimentalement ? Une liberté totale, du dialogue, de la confiance, du respect, de la transparence et de l’honnêteté, c’est peut être ça la clé…

 

En effet les échaudés du couple traditionnel qui s’essaient au polyamour risquent bien d’y laisser des plumes! La première règle pour que ça marche serait déjà d’en fixer . Il y a des avantages et des inconvénients, comme dans toute relation, mais effectivement ce ne sont pas les mêmes en tous points. Parlons d’un emploi du temps à deux et d’un autre à trois, c’est parfois un vrai casse-tête logistique. Déjà qu’une relation peut représenter un investissement important, comment faire quand on en a plusieurs? C’est un problème concret auquel les polyamoureux se retrouvent confrontés…

Astuce : Pour faciliter la gestion logistique, les plus motivé.e.s peuvent toujours installer The Poly Life : une application mobile qui propose de vous aider à synchroniser vos agendas…

La relation à trois ne se trouve majoritairement pas en la cherchant, elle naît d’échanges au quotidien et d’une complicité grandissante…Bien que le trouple soit libéré sexuellement et sentimentalement, c’est aussi un travail sur soi, il est parfois difficile d’effacer complètement toute trace de jalousie. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, les femmes seraient plus ouvertes à l’idée de vivre des relations polyamoureuses que les hommes: Une étude réalisée auprès de 4000 polyamoureux par l’association américaine Loving More avance le chiffre de 49,5% de femmes et 35,4% d’hommes. Personne n’a de marque déposée sur le polyamour et la manière de le vivre. Le mieux que qui que ce soit puisse faire est de décrire comment cela fonctionne pour lui ou elle, et, comme pour tant d’autres choses, les opinions et les expériences peuvent grandement varier.

« Ce que l’on vit tout les trois, en mon sens, dépasse la relation libertine. Même si à la base ça en était une… Je pense que c’est comme une vraie relation à deux avec les mêmes envies de se voir, les mêmes manques et des sentiments forts, mais à trois.

Ce qui fait la différence avec une relation purement libertine, c’est le fait qu’on ai une grande complicité les uns avec les autres ( individuellement parlant aussi ) et que l’on ai envie de passer du temps tous ensemble, même sans relations sexuelles, partager des moments comme on pourrait le faire en couple à deux.

Nous ne sommes pas pour autant prisonniers de la relation. Chacun est libre de rencontrer individuellement de son côté, mais nous aimons aussi rencontrer tout les trois. Sexuellement tous les trois c’est comme une osmose. Je peux m’amuser aussi bien avec qu’elle qu’avec lui et vice versa…

Je vis un moment que peu de personnes vivent, et c’est ça aussi qui fait la différence. Pourquoi pourrions nous avoir un enfant, puis deux, puis trois, les aimer de la même façon et ne garder son amour que pour un seul homme dans notre vie… En quoi est-ce différent finalement ? L’amour ne se divise pas en fonction du nombre de personnes que l’on aime, il se multiplie.  »

Alors en effet sentimentalement c’est parfois difficile de trouver sa place. On parle ici d’un couple déjà formé à la base, vivant ensemble, auquel s’est rajoutée notre autrice.

« Parfois je me pose des questions sur ma place au sein du couple, j’ai un profond respect pour eux et je n’ai en aucun cas envie d’être maladroite dans mes gestes ou mes propos. Mais ça va dans les deux sens (enfin dans les trois pour cas là ! Rires ), pour l’homme par exemple, ce n’est pas toujours évident : il doit jongler avec les émotions et les états d’âmes de chacune, nous rassurer…

Il essaye en permanence de nous donner quasiment la même attention. Quand on dort ensemble par exemple… C’est une mascarade! Il faut du temps pour trouver un équilibre. On y arrivera je pense, parce qu’aujourd’hui on en a envie et on est tout les trois attachés les uns aux autres. On prend soin des uns et des autres, on veille les uns sur les autres.

Globalement pour moi c’est une façon atypique de projeter et de vivre librement et ouvertement une relation de couple, mais à trois…

Personnellement je suis comblée. Nous vivons des moments magiques… Nous ne voulons pas redescendre… »

Méghane

Simulation, Orgasme vaginal, Comment l’atteindre ?

Simulation, Orgasme vaginal, Comment l’atteindre ?

D’après mon dernier sondage chez les libertins, 15 % des femmes simuleraient l’orgasme avec leur partenaire habituel, 17 % avec leur partenaire libertin et 27 % avec les 2.

Vous ne serez peut être pas ravi de lire cela messieurs, mais savez vous pourquoi les femmes simulent ?
Voici quelques explications :

Pour ne pas vous vexer
En effet, nombreuses sont les femmes à faire passer votre plaisir avant sa propre jouissance. Le besoin de « materner » qui sommeil en nous sait qu’il est important pour un homme de s’imaginer en amant hors pair ou de flatter votre égo.

Pour nous préserver
Par peur de décevoir ou de passer pour un « mauvais coup », ou par honte de notre « frigidité ».

Par pragmatisme
Feindre l’orgasme se révèle aussi la meilleure façon de mettre fin aux ébats avec diplomatie. Un homme risque de s’acharner à nous faire jouir, mimer ce qu’il attend nous offre le plus habile moyen d’en terminer au plus vite en évitant les questions surtout quand il n’y a rien à expliquer. Un raté ça arrive !

Pour mieux accéder au plaisir
Simuler légèrement l’orgasme peut aider à le déclencher en faisant comprendre à notre partenaire qu’il à le bon rythme, la bonne position…Si l’on s’écoute et que l’on se laisse envahir par les sensations liées à la respiration et aux mouvements, cela peut aider à accéder au plaisir pour de bon.

Mais aussi peut être parce que  …

70 % des femmes ne connaissent pas l’orgasme vaginal
L’orgasme premier chez la femme, le spontané, est clitoridien et l’on pense que plus de 60% des femmes éprouveraient un orgasme vaginal seulement si, lors des mouvements de va-et-vient, leur partenaire frotte son pubis sur la racine du clitoris permettant de stimuler les deux zones simultanément !
Et pour les 30 % de chanceuses, vous pouvez vous amusez avec vos orgasmes en les transformant en image… Idée déco originale 😉


Quelques conseils pour atteindre l’orgasme vaginal

Utiliser ses doigts pour stimuler le point G
Il est souvent plus facile de stimuler cette zone, qui se trouve sur la face antérieure du vagin, avec les doigts qu’avec le pénis, car il faut une certaine fermeté pour stimuler le point G. Sachez qu’il se trouve à environ 4 cm de l’entrée du vagin en hauteur. Mais il faut surtout se fier aux sensations : on sent à cet endroit quelque chose d’un peu plus épais, qui gonfle avec la stimulation.

Prolonger la pénétration
Quelques dizaines de secondes peuvent suffire à un homme pour atteindre l’orgasme alors que chez la femme il faut parfois quelques dizaines de minutes. Il faut donc que l’homme donne le temps à la femme d’éveiller sa muqueuse vaginale en retardant son éjaculation et en faisant durer la pénétration. Cela permettra aussi à la femme de répéter son orgasme plusieurs fois au cours d’un même rapport. Avec l’expérience, le temps qu’il faut pour parvenir à l’orgasme diminue. Au comble de sa maturité sexuelle, la femme peut réussir à jouir aussi vite que l’homme.

Varier les mouvements et le rythme
Il est important aussi de varier l’intensité et la vitesse de la pénétration. Il faut jouer avec la profondeur et que celle-ci soit tantôt lente, tantôt rapide… Il ne suffit pas de donner des « coups réguliers ».

Associer stimulation vaginale et clitoridienne
Pendant la pénétration vaginale, il est important de stimuler en même temps le clitoris pour atteindre l’orgasme clitoridien. De cette façon, on associe pénétration et orgasme, en créant un réflexe conditionné. Par la suite, l’orgasme vaginal viendra plus facilement par la seule pénétration.

Les positions propices
Le missionnaire à condition que la femme ait les jambes en l’air (sur les épaules ou autour de la taille de son partenaire), la levrette qui permet au pénis de buter sur le point G, et la femme assise sur l’homme car elle maîtrise ainsi le rythme et l’inclinaison de la pénétration.

Si vous faites partie des 7 femmes sur 10 qui ne connaissent pas l’orgasme vaginal, il ne faut pas désespérer en se disant que ça ne viendra jamais. La femme n’a pas qu’un seul type d’orgasme et peut se rattraper sur d’autres zones plus sensibles 😉
De plus avec le temps et à force de stimulation, la muqueuse vaginale deviendra de plus en plus sensible.

Patience donc, car cette sensibilisation peut prendre des années et l’on peut très bien atteindre son premier orgasme vaginal à 30, 40, 45 ans… explique le sexologue Dr Leleu.

 

 

Info ou intox ?
Les talons hauts diminueraient les chances d’atteindre l’orgasme ?

INFO
Porter des talons nous fait contracter le plancher pelvien. Muscle essentiel lors des rapports sexuels. Le muscle trop sollicité par le port de talons se fatiguerait, serait moins opérationnel et diminuerait les opportunités d’accéder à l’orgasme !
Pas de panique, ne jetez pas vos talons dans la précipitation. Il faut que vous portiez des talons très hauts et très souvent pour que vous sentiez ce genre de problème arriver.

Des seins orgasmiques ?
INFO
Il a été démontré que 1 % des femmes auraient la faculté d’atteindre l’orgasme en stimulant la poitrine. Cela activerait les mêmes régions du cerveau que celles des caresses génitales. Certaines ont même déjà atteint le St Graal en allaitant !

Mesdames, que vous soyez clitoridienne, vaginale, les 2, que vous ne connaissiez pas encore l’orgasme ou que vous en connaissiez d’autres, n’oubliez pas que l’on peut avoir énormément de plaisir sans pour autant atteindre la jouissance à chaque fois. Après faut t’il être honnête avec votre partenaire ou simuler à vous d’en juger … 🙂

Libertic’ment
Débo

Slow Sex… Jouir en pleine conscience !

Slow Sex… Jouir en pleine conscience !

Qu’est ce que le Slow Sex ?

Le Slow Sex est une pratique née au États-Unis dans les années 70, consistant à avoir des rapports sexuels ralentis. Cette technique se rapprochant du Tantra et du Yoga se base plus sur le plaisir sensuel et sensoriel que sur la pénétration.
Ralentir pour découvrir de nouvelles sensations en restant connectés à ses émotions, voilà le concept du Slow Sex.

«C’est être pleinement présent à chaque instant de la relation sexuelle, au lieu de faire l’amour d’une façon si intensément tournée vers l’orgasme que nous passons à côté de la possibilité de ressentir de subtiles nuances tout au long de l’union sexuelle » écrit Diana Richardson – Enseignante du Slow Sex

Dans notre culture, où le temps doit être rentable et donc aller rapidement au cœur des choses, le Slow Sex, c’est au contraire prendre le temps…
La tête et le corps ne font plus qu’un et cette approche permet de se focaliser sur nos sens et nos émotions.

En pratique…

L’environnement sensoriel joue un rôle majeur. Senteurs, couleurs, matières, musique contribuent à remettre les sens au cœur de la rencontre intime.
Se masser, se caresser, se parler, se regarder, explorer de nouvelles zones érogènes… Tout cela participe au Slow Sex.
Cela n’est pas si simple, surtout pour celles et ceux qui souffrent de complexes, c’est pourquoi la pratique de la relaxation aide à relâcher ses muscles et sentir son corps.

Plus on se détend, plus on ressent, plus on ressent, plus on s’abandonne. On est ensuite prêt à lâcher prise pour se concentrer sur nos sensations.

Quelques conseils…

  • Choisissez un moment où vous êtes détendu et que vous en avez tous les 2 envie
  • Changez vos habitudes (Donnez-vous rdv dans un lieu inhabituel par exemple)
  • Stimuler le désir de votre partenaire par de petits jeux coquins (Sextos, strip-tease…)
  • Préparez l’environnement (Bougies parfumées, musique d’ambiance, champagne…)
  • Coupez-vous du reste du monde (Éteignez vos téléphones, tablettes…)
  • Prenez le temps de vous toucher, vous regarder, vous embrasser, vous masser…
  • Éveillez vos sens (Bandez les yeux de votre partenaire par exemple)
  • Jouez avec le désir de votre partenaire, titillez-vous…
  • Ne vous focalisez pas sur l’orgasme mais sur les sensations.
  • Soyez réceptif au plaisir de votre partenaire (respiration, réaction corporelle…)

 

Je vous souhaite à tous une belle découverte pratique 😉 et n’hésitez pas à nous laisser un commentaire afin de nous livrer votre expérience personnelle.
Libertic’ment vôtre !
Débo

 

Pas de sexe sans latex !

Pas de sexe sans latex !

Depuis quelques années, l’OMS déplore une hausse des infections alors faisons un petit rappel …
En effet, à l’ère d’une sexualité « Libertine », certains ignorent tous les risques que cela peut impliquer. Oui Oui ! il y en a encore beaucoup trop 🙁

IST ? MST ? Quels différences ?

Une MST, c’est une « Maladie sexuellement transmissible », une IST, c’est une « Infection sexuellement transmissible ». Employer le terme « MST », c’est induire la présence de symptômes pour recourir au dépistage. Utiliser « IST » c’est inciter au dépistage en l’absence de symptôme. Il n’y a aucune différence entre les 2 si ce n’est un enjeu de santé publique, le dépistage. Suivant les recommandations de l’OMS, il est donc d’usage d’utiliser le terme IST.

Des infections pas toujours visibles

Zoom sur les différentes IST

Je vous passe les petites infections type mycose, champignons… pas très glamour certes mais non dangereuses, pour me consacrer aux infections qui peuvent avoir des conséquences plus graves.

Petit point VIH

Si le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) est souvent rapporté au SIDA (Syndrome d’Immuno Déficience Acquise), ce n’est pourtant pas la même chose.
Avoir le VIH ne signifie pas pour autant qu’on est arrivé au stade du SIDA. Le VIH met en général plusieurs années avant de détruire les défenses immunitaires. On ne parle de SIDA que lorsqu’une personne développe une maladie.
Les traitements actuels ont pour but d’empêcher que l’infection par le VIH évolue vers le SIDA. Ce traitement permet également aux personnes atteintes de réduire leur charge virale jusqu’à être indétectable.
Dorénavant, vous pouvez également prendre un Traitement Post-Exposition d’urgence dans les 48h après un rapport à risque de contamination au VIH en vous rendant au service des urgences des hôpitaux.
Pour rappel, les modes de transmission restent le contact avec un liquide séminal contaminé (pénétration vaginale, anale, fellation) ou par le sang ainsi que la transmission mère/fœtus. Il ne peut pas se transmettre par voie salivaire. Et bien souvent il n’y a aucuns symptômes.

Deux mots d’ordre : PRÉSERVATIF ET DÉPISTAGE

Vous l’aurez compris, outre le VIH, nombreuses sont les Infections Sexuellement Transmissible ainsi que leur mode de transmission et leur temps d’incubation. Inutile donc de vous rappeler que le port du préservatif est plus qu’une question de bon sens et que les tests de dépistage ne sont pas gages de « non infection ».
Pour être sur de pouvoir enlever le chapeau à Mr il faudrait plusieurs mois sans prises de risques avant un dépistage complet. Autant dire que dans le milieu libertin, c’est tout bonnement impossible.

Pour pouvoir donc profiter de ce beau milieu qu’est le nôtre sans se poser trop de questions, sortez couverts et faites des dépistages réguliers. (retrouvez ici tout les centres de dépistage anonyme et gratuit en France). De plus en cas d’infection, respecter vos partenaires et signalez leur.
Pour en savoir plus sur les IST, vous pouvez aussi consulter la page de SIDA INFO SERVICE.

Ne soyez surtout pas sages mais pas sans latex 😉
Libertic’ment vôtre
Débo

Libertinage… Et si on se lançait ?!

Libertinage… Et si on se lançait ?!

Se lancer dans le libertinage n’est pas une chose simple ni une décision à prendre à la légère. Elle mérité réflexion sur ses propres envies et limites. Néanmoins lorsque nous décidons d’aborder le sujet en couple, il est nécessaire de communiquer avec son partenaire.

Nos envies et nos limites évoluent au fur et à mesure que nous avançons dans cet univers. Que ce soit pour se fixer ou s’enlever des barrières. Chacun vit et aborde son propre libertinage différemment.

Afin de vous guider dans vos premiers pas voici quelques notions de base.

Quelques règles d’or du bon libertin…

1  La femme est reine
Les femmes présentes ne sont pas ici à votre disposition mais c’est plus précisément vous (si vous êtes un homme) qui êtes à la leur. Vous serez donc galants, attentifs et prévenants, et respecterez leur choix.
2  Ne soyez pas insistants
Abordez les personnes avec courtoisie et respect, qu’il s’agisse de personnes seules ou de couples. Attendez que l’on vous fasse signe ou bien aborder qui vous voulez, mais vous devez être attentifs à leur réaction. Si ils refusent vous ne devez en aucun cas insister.
4  Soyez amical
Nous sommes ici dans un but de plaisir partagé et dans un cadre de loisirs et de jeu. Votre bonne humeur et votre gentillesse participera donc à la bonne humeur de tous. Chacun est libre de pratiquer le libertinage comme il l’entend, évitez tout commentaire ou tout jugement sur les autres libertins, sur leur tenue,leur physique ou encore leurs pratiques…
5  Protection obligatoire
Ils sont à votre disposition pour des rapports protégés. Vous veillerez donc à utiliser les préservatifs et d’en faire un usage correct.
6  Hygiène et  propreté
Les rapports physiques présupposent évidemment une hygiène irréprochable et obligatoire.

 

Quelques définitions des pratiques les plus répandues dans le milieu…

2 + 2 : Forme d’échangisme qui impose l’isolement de chaque duo dans des pièces séparées.
BDSM: Bondage, Domination ou Discipline, Soumission et Masochisme ou Sado/Masochisme.
Bondage : Pratique consistant à attacher le partenaire dans un but érotique, au moyen de cordes, menottes,corsets, carcans, etc.
Candaulisme: Consiste à regarder sa ou son partenaire prendre du plaisir avec un ou une autre.
Côte-à-côtisme : Pratique consistant à faire l’amour avec son/sa partenaire habituel en présence d’un second couple faisant la même chose.
Echangisme : Sexualité de groupe dans laquelle des couples (2 ou plus) échangent temporairement leurs partenaires habituels, pour se livrer à l’ensemble des phases du rapport sexuel.
Exhibitionnisme : Prendre plaisir à avoir un ébat en présence de spectateurs.
Gang Bang : Forme de sexualité de groupe dans laquelle une femme a des rapports sexuels avec de nombreux partenaires du sexe opposé, simultanément ou, l’un après l’autre.
Mélangisme : Pratique de jeux et caresses érotiques sans qu’il y ait pénétration, ni coït en dehors du couple régulier.
Pluralité masculine : Pratique consistant pour une femme à pratiquer des rapports sexuels avec plus de 2 hommes, au-delà de 4 ou 5, il est coutume de parler de Gang Bang.
SM : Relation contractuelle utilisant douleur, humiliation et contrainte dans un but érotique.
Triolisme : Toutes les combinaisons libres entre trois personnes.
Voyeurisme : Prendre du plaisir à regarder une personne s’exhiber, se masturber, ou observer un/des couples faire l’amour,sans participer.

 

Quelques livres qui pourront vous guider dans vos premiers pas…

 «Osez le libertinage» par Pierre Des Esseintes aux éditions La Musardine Eds

Ce guide rassemble toutes les informations nécessaires à ceux qui désirent acquérir une vision d’ensemble de cet univers, avant de s’y plonger…

 

 

 

« Libertinage, mode d’emploi » par Laurine et Vincent CHATEL aux éditions Alizé

Le but de ce guide ( 248 pages ) n’est pas de convaincre d’adopter une sexualité non-conformiste mais de vous expliquer la base de ces pratiques pour que vous puissiez avoir un jugement éclairé.

 

 

 

 

Maintenant à vous de jouer !

Pensez également à vous inscrire sur votre site de rencontres.

Libertic’ment vôtre.

Débo